La Conférence d'Evian: du 6 au 15 juillet 1938

Cette Conférence est voulue au début de 1938 par Franklin Delano Roosevelt, président des Etats-Unis, dans le but de résoudre le problème des juifs d'Allemagne. Son pays n'étant pas membre de la Société des Nations, Roosevelt décide sa politique fin janvier et nomme, pour la mener à bien, son ami Myron Taylor. Alors que ce dernier prend contact avec les pays concernés, les troupes allemandes entrent à Vienne le 12 mars 1938. Le 10 avril, les Autrichiens en approuvant l'Anschluss donnent ainsi naissance au Grand Reich qui va imposer la brutalité de sa politique aux 185'000 juifs de ce pays. Ces événements renforcent la nécessité et l'urgence de réaliser le projet de Roosevelt, si bien que, la Suisse ayant décliné la proposition d'être le pays hôte, la Conférence se tient en France et débute le 6 juillet 1938 à Evian pour durer 9 jours.


Légende de la photo: L'Hôtel du Parc à Evian où se tient la Conférence et logent la plupart des délégations, sauf celle de la Suisse qui n'a pas reçu un budget suffisant!

L'ouverture de la Conférence constitue, en soi, un succès pour Roosevelt, d'autant plus que presque tous les pays concernés y assistent. Les principaux diplomates sont Myron Taylor pour les Etats-Unis, Lord Earl Winterton et Sir Michaël Palairet pour la Grande-Bretagne, et le sénateur Henri Bérenger pour la France qui assure la présidence, Quant bien même ces quatre personnes non sont pas membres de leur gouvernement respectif, elles sont toutes très influentes et disposent d'un lien directe avec leur chef de gouvernement.


Myron Taylor intervient immédiatement après Henry Bérenger le mercredi 6 juillet 1938

Cette Conférence réunit selon les Actes de la Conférence disponibles aux Archives de la Société des Nations (ONU, Genève) 32 délégations de pays d'Europe et des Amériques pour remplir l'objectif de Roosevelt, trouver des pays d'accueil pour les juifs allemands. Mais il faut aussi obtenir de l'Allemagne un accord pour que cette émmigration puisse se dérouler dans des conditions acceptables.

En plus des délégations gouverrnementales, des organisations non gouvernementales sont présentes aux sessions publiques quasi quotidienne, mais pas à celles tenues à huis clos. Mais ces ONG, principalement juives, seront entendues par une sous-commision ad hoc, et leurs points de vues rapportés à la fin de la Conférence. La présence de représentants de 34 ONG, nombre dépassant celui des délégations gouvernementales, renforce encore l'importance de cette conférence diplomatique. Toutes les conditions sont donc remplies pour réussir!

Au delà des discours et des mondanités, la diplomatie de couloir fonctionne à plein pendant ces 9 jours, tant est si bien que le second but défini par Roosevelt est atteint: par la création d'un Comité Intergouvenemental pour les Réfugiés (CIR), organisme doté d'un mandat précis et d'une direction qui sera basée à Londres. Vu l'urgence du problème, il est aussi convenu que ce CIR sera opérationnel dès le 3 Août 1938 afin qu'il se mette immédiatement au travail pour entamer des négociations avec le gouvernement allemand. Myron Taylor ayant réussi sa mission, Roosevelt le rappelle et nomme au poste de directeur du CIR, son ami George Rublee. Ce dernier prend les choses en main et le CIR, comme convenu, tient sa première séance à la date prévue à Londres.

Suite